Ce Top 5 des plugins de compression ouvre notre série consacrée à Universal Audio. 

L’offre logicielle UAD reste en effet une référence de l’industrie musicale. La marque est une des premières à avoir sortie des émulations virtuelles, sous forme de plugins, de l’équipement de studio analogique légendaire conçu, manufacturé et commercialisé par ses équipes plusieurs décennies auparavant. 

Néanmoins, impossible d’utiliser ces logiciels sans posséder les cartes sons du fabricant. Celles-ci contiennent des processeurs dédiés aux calculs nécessaires à l’exécution des plugins UAD, délestant pour le coup notre CPU. 

Seul défaut de la marque, et pas des moindres : chez UAD, la qualité se paye cher !

Le 1176 est sans doute l’un des compresseurs les plus utilisés dans le monde de la musique.

Versatile, il fonctionne aussi bien sur des voix, des batteries, des guitares que sur des synthétiseurs.

UAD a eu la bonne idée d’émuler les différentes révisions du compresseur : A, E et AE. Chacune d’elle sonne merveilleusement bien. 

La particularité de ce compresseur/limiteur est de pouvoir fonctionner en « All Button Mode » (tous les ratios enclenchés). Ce mode est idéal pour ajouter une couleur très chaleureuse tout en redonnant du punch au son.

On aime :

  • Polyvalence
  • Qualité sonore

On aime moins :

  • Rien

Récemment émulé par UAD, le Distressor reste un des compresseurs hardware les plus répandus en studio, utilisé sur un nombre incalculable de morceaux ces dix dernières années. 

Sa richesse harmonique est très prisée par les ingénieurs du son. Le Distressor offre également une saturation s’inspirant grandement des équipements analogiques à lampe ainsi qu’une simulation de compresseur optique. C’est un mix entre un 1176 et un LA-2A.

La version d’UAD est bluffante de réalisme… même si elle ne remplace pas le véritable hardware.

On aime :

  • Sa distorsion harmonique
  • Une émulation fidèle

On aime moins :

  • Le prix (266€)

Le SSL reste la référence des bus compressors (compresseur principalement utilisé pour traiter un ensemble de pistes, voire le mix entier). 

Il permet de coller (les Anglo-Saxons parlent de « glue ») les éléments ensemble d’une manière très naturelle, apportant cohérence et unité aux mixes qui traversent ses circuits. Il est par ailleurs omniprésent dans la musique pop et hip-hop pour sa (relative) transparence et son caractère « comme un disque ». 

On aime la possibilité de le faire fonctionner en parallèle (mélangeant ainsi signal entrant brut et signal compressé, en portion variable) mais également la fonction « Filter Sidechain » intégrée pour ne pas compresser en dessous d’une certaine fréquence. 

UAD a récemment révisé son émulation initiale (sortie il y’a des années), selon les exigences actuelles et conformément aux progrès considérables de ses concurrents.

On aime :

  • La couleur de son SSL

On aime moins :

  • Ne remplace pas l’original…

Tout droit sorti des années 60, le LA-2A est un des premiers compresseurs optiques. Il possède un seuil fixe de détection du signal, et ce grâce à une cellule photoélectrique.

Il brille particulièrement sur les voix, apportant une chaleur unique au son. Il peut également fonctionner sur des guitares. 

L’émulation d’UAD est sans doute la plus réaliste et conforme à la machine originale. 

Il peut fonctionner aussi en mode limiteur avec un ratio de compression plus élevé.

Enfin, le paramètre « Emphasis » permet de cibler le comportement du compresseur sur certaines parties du spectre fréquentiel, et d’agir uniquement sur les aigus (par exemple). 

On aime :

  • Un son emblématique

On aime moins :

  • Des paramètres limités

Construit dans les années 50, le Fairchild est le premier compresseur Vari-Mu à lampes. Ces dernières apportent une couleur très particulière au son. Cette machine a d’abord été conçue pour la radio pour contrôler les niveaux sonores. 

Les paramètres d’attaque et de release sont fixes mais peuvent être modifiés grâce à 6 différents modes. Il suffit de baisser le seuil (« threshold ») pour commencer à compresser.

Néanmoins, ce type de compresseur réagit très lentement au signal. On l’utilise ainsi plus pour sa couleur que pour sa compression, en particulier sur les bus mix ou les groupes de pistes. 

On aime :

  • La chaleur des lampes

On aime moins :

  • Un compresseur peu réactif comparé à des modèles plus contemporains 

Ça peut aussi vous intéresser :

Home studio sweet home home studio

Voyagez à travers les villes qui ont façonné la musique électronique …

Révolution synthétique | Incidence des samplers et autres instruments électroniques

Voyagez à travers les villes qui ont façonné la musique électronique …

ON A TESTÉ : Kilohearts – Les plugins individuels (partie 2)

Ce Top 5 recense donc les meilleurs compresseurs digitaux logiciels à notre disposition.

Devenez un professionnel
et maitrisez tous les aspects de la production musicale

À propos des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation, collecter des statistiques en vue d’optimiser le site et vous offrir des services personnalisés.